Surveillance « sur ordre de la hiérarchie »

Voici le reportage diffusé sur France Bleu au sujet de la plainte que la Ville va déposer.

 

Des procès-verbaux de constats établis par les agents de la garde municipale (aujourd’hui appelée Police municipale) ont été portés à la connaissance de la nouvelle municipalité. Ces procès-verbaux couvrent une période allant du début de septembre 2011 jusqu’à juillet 2012. Ils révèlent que durant cette période les agents de la garde municipale ont reçu pour ordre « de leur hiérarchie » de se livrer à une surveillance systématique quasi quotidienne, parfois même plusieurs fois par jour, de notre local UMP de Clamart situé 2, rue Pierre Baudry à Clamart.

 

Je suis profondément choqué. Choqué que les services publics, en l’occurrence la garde municipale, aient été ainsi utilisés. Choqué que mes activités de chef de l’opposition d’alors ait été surveillées, quotidiennement, pour obtenir on ne sait quel renseignement, on ne sait quel avantage. Ce sont des méthodes qui n’ont pas leur place dans une démocratie locale moderne et apaisée.

 

Toute la lumière doit être faite sur cette surveillance systématique et manifestement excessive. Qui l’a demandée ? Dans quel but ? Je ne rentrerai pas dans la polémique car c’est à la Police et à la Justice de faire toute la lumière sur cette affaire. Toutefois, vu la gravité des faits, je ne peux les passer sous silence.

 

%d blogueurs aiment cette page :