Respecter la volonté des citoyens

À marche forcée, le Gouvernement pousse à la création de la Métropole du Grand Paris au 1er janvier 2016. Le texte de loi est pourtant encore en discussion au Parlement. Les élus locaux, avec l’assistante technique de la mission de préfiguration animée au quotidien par le préfet Lucas, doivent donc préparer une nouvelle institution dans un flou certain. Patrick Devedjian, président du syndicat Paris-Métropole fait un travail remarquable auprès de l’État pour le pousser à améliorer le texte.

Avec mes collègues maires des communes qui intégreront le territoire, cette nouvelle intercommunalité entre la commune et la métropole, nous avons dit nos inquiétudes au préfet Lucas. Il les a entendues mais je demeure très vigilant. Le maire d’une commune est investie d’une grande légitimité par l’élection, une élection à laquelle les Français participent plus qu’aux autres. Les Clamartois savent où me trouver pour me faire part de leurs reproches, de leurs satisfactions, de leurs propositions. Par ma présence sur le terrain, parce qu’ils ont voté pour moi (ou contre moi d’ailleurs), je suis identifié et je suis responsable.

Pour que la métropole et ses territoires fonctionnent bien, ils doivent respecter les maires et à travers eux les électeurs. Plus on éloigne la décision du terrain de l’élection, plus on perd en capacité à agir pour les citoyens. On parle souvent de démocratie participative mais parlons déjà de démocratie, tout court.

%d blogueurs aiment cette page :