Grands projets : que l’Etat tienne parole !

Vendredi 26 janvier, je me suis rendu avec de nombreux élus dont Valérie Pécresse et mes collègues des départements, des territoires et des villes, à la réunion sur la mise en œuvre du Grand Paris Express.

Le Premier Ministre nous a fait part des difficultés techniques et financières du projet. La réalisation complète de ce grand réseau de transports dont son calendrier est déjà décalé, est fortement remise en cause. Les élus d’Ile-de-France, qui n’avaient jusqu’ici jamais été réunis, ont donc demandé solidairement le maintien de la totalité du projet car chaque ligne du Grand Paris Express conditionne le succès et les recettes des autres. Sa réalisation est attendue pour la bonne cohérence et cohésion de nos territoires. Elle est surtout espérée pour répondre aux difficultés de transports, et à travers elles, de mobilité professionnelle et de qualité de vie de millions de Franciliens.

Alors que le Président de la République loue partout l’attractivité de la France et évoque même l’idée d’un grand pont au-dessus de la Manche, il paraît pour le moins étonnant que l’on freine désormais des quatre fers  pour se doter enfin d’un réseau autour de Paris ! A défaut de volonté, c’est bien la démagogie qui l’emporte.

Après l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et de l’exposition universelle 2025, la tentation du renoncement affichée par l’Etat nous inquiète. Ces annonces successives mettent à mal l’élan de redynamisation en faveur de nos territoires et sapent la confiance dans la capacité de la puissance publique à respecter ses engagements. Quid de la parole donnée et de la continuité de l’Etat ? Et quid de tout le gaspillage que ces abandons vont encore occasionner après tous les investissements d’ores et déjà enclenchés ? La France a-t-elle menti au comité Olympique pour obtenir les Jeux en promettant des transports fantômes ? Est-ce aussi cela la conséquence de la suppression de la taxe d’habitation dont une partie servant au financement du Grand Paris Express ?

Gouverner, c’est choisir mais c’est aussi et surtout anticiper l’avenir. Face aux grands défis qui se présentent en termes de transports, de développement durable et de bien-être de nos concitoyens, l’Etat doit réaliser les infrastructures indispensables à l’aménagement de demain. L’Etat doit surtout garantir la continuité des engagements pris. En somme, l’Etat doit tenir parole.

%d blogueurs aiment cette page :