Désintoxiquer nos finances

arg1Cette semaine, comme je m’y étais engagé pendant la campagne des municipales, j’ai mis un terme aux emprunts toxiques qui avaient été contractés par l’équipe municipale précédente. Des emprunts classés 6F sur la charte de Gissler, c’est-à-dire les plus graves qui puissent exister.

Au cours des années 2000, un grand nombre de maires, dont le maire de Clamart de l’époque ont cédé aux sirènes des banques qui leur proposaient des emprunts magiques à formule extrêmement compliquées.

Évidemment, il n’y a pas de magie en matière bancaire. Ces emprunts ont transformé la Ville de Clamart en véritable spéculateur. Les taux dépendaient de l’évolution du dollar et du franc suisse par rapport à l’euro.

Une collectivité publique n’a pas à spéculer sur les marchés et c’est une municipalité de gauche qui a oublié cette évidence.

Nous avons négocié avec nos banquiers et nous avons transformé 3 emprunts toxiques en emprunts à taux fixe pour sécuriser pleinement  la Ville. De plus, nous l’avons fait à d’excellentes conditions car à des taux inférieurs à ceux qui auraient été obtenus à l’époque. Le budget de la commune et l’argent des Clamartois sera désormais à l’abri de la spéculation et de la volatilité des marchés financiers.

%d blogueurs aiment cette page :